- Iulia Hasdeu I
- Iulia Hasdeu II
- Iulia Hasdeu III
- B.P. Hasdeu

 

Campina
B-dul Carol I nr. 199
Cod postal 105600

TEL: 0244 335.599
FAX: 0244 335.599
office@muzeulhasdeu.ro

 


Nous sommes ouverts:
Lundi: fermé.
Mardi - Dimanche:
9.00 - 17.00
(1 Mars - 31 Octobre)
8.00 - 16.00
(1 Novembre - 28/29 Février)
  La correspondance Julia - B.P. Hasdeu

          Paris, novembre 17, 1887 «J‘ai donc dix-huit ans, je le jure! Je le regrette. Je ne regrette pas mes dix-sept ans, mais l’âge de seize ans! Ah! Je n’aurais plus jamais seize ans! Et j’avais seize ans pour si peu de temps, seulement pour douze mois. Je viens d’en profiter, et ils ont déjà volé, c'est pourquoi je suis si confuse, et je suis très ennuyé parce que j’ai dix-huit ans". "Malgré votre insistance, malgré les sages conseils du docteur Percheron, malgré les cris de ma mère, je vais dormir à minuit et me réveiller à six heures du matin".

          Paris, le 23 janvier 1888 "Même si je n'avais pas des examens à passer, je ne voudrais pas travailler moins».

          Paris, le 22 mars 1888 «A propos d'abandonner mes études et de revenir dans le pays avant l'obtention du diplôme, je m’y oppose farouchement. Je ne vais pas le faire, même s'il faut mourir, et aucun pouvoir humain ne pourra m’obliger de le faire. Je n'ai pas travaillé toute mon enfance et la jeunesse pour mettre un terme lorsque je me trouve près du port. Je ne veux pas une telle vie, non pas parce que les diplômes comptent tellement pour moi, je ne suis pas une telle personne, et vous le savez. Mais une fois dans la bataille, je ne vais pas me retirer au milieu de la lutte, en plus, j'aime ce genre de travail lequel je n'abandonnerai jamais, pour rien au monde ».

          Paris, avril 1888 "Je suis toujours vivante et je ne renoncerai jamais à ce travail, aussi longtemps que le sang coule dans mes veines et qu’il reste de la vie dans ma poitrine».

romana english french